Réponse à vos questions - Crème naturelle de Béatrice

Qu'est-ce que le film hydro lipidique de la peau?

Il faut d'abord savoir comment fonctionne cet organe exposé à tous vents. Si on avait un mode de vie sain, sans agressions ni pollution, la peau saurait parfaitement se protéger toute seule. En effet, elle possède le meilleur hydratant qui soit: un film hydro-lipidique qui rend la kératine du stratum cornéum, le film externe de la peau, plus perméable à l'eau. Cette couche de l'épiderme, très fine et superficielle, est toujours "assoiffée" car sa teneur en eau (13%) est faible. Or, si elle descend à 10% et moins, la peau tire, devient rugueuse, et manque de souplesse. Le mélange complexe de composés chimiques du stratum cornéum, ont un pouvoir hygrocospique (qui attire l'humidité) élevé. Ses composés sont regroupés sous le terme NMF (facteur naturel d'hydratation) . Cette substance absorbe l'humidité de l'air et favorise la rétention de l'eau, au niveau du derme.

Deuxième étape : il faut maintenir le taux d'humidité en l'empêcher de s'évaporer. Premier temps, on attire l'eau, deuxième temps, on l'emprisonne : ingénieux. C'est le travail des sécrétions grasses (séborrhée), provenant des glandes profondes, et des glandes sébacées, fournissant une émulsion de gouttelettes d'eau, fournies par la sueur. Ces deux phases huileuses et aqueuses forment le film hydro-lipidique qui empêchent la peau de se déshydrater, seule condition pour conserver une peau en bonne santé.

Je me suis appliquée, en préparant mes crèmes, à reconstituer le principe naturel du facteur d'hydratation, soit une quantité d'eau avoisinant les 10%, dans une phase huileuse se rapprochant le plus possible du sébum humain. Ce pourcentage d'eau limité, me permet d'apporter une quantité intéressante d'éléments actifs, à travers les huiles végétales et les huiles essentielles.

Qu'appelle-t-on : partie insaponifiable des huiles? 

Dans la plupart des huiles, le taux de matières insaponifiables se situe entre 0,5 et 2%. C'est cette partie qu'il est impossible de transformer en savon, et qui est très précieuse pour la peau, car elle lui apporte les substances actives importantes. Elle adoucit la peau, pénètre bien, aide à fixer l'eau dans les cellules, et améliore l'absorption des agents actifs. Dans le beurre de karité que j'utilise pour chaque crème, la partie insaponifiable est assez exceptionnelle puisqu'elle peut atteindre 15%.

Quelle différence y a-t-il entre liposomes et collagène?

Contrairement à ce que l'on peut croire, les liposomes n'ont aucune action hydratante. Ce sont de simples véhicules qui permettent à une substance de mieux pénétrer dans la peau, donc de mieux l'hydrater. Ils véhiculent des agents liposolubles, comme les huiles ou les vitamines.

Les fibres de collagène, avec l'élastine, font partie d'un réseau très solide de cellules jeunes dans le derme, les fibroblastes. Ils assurent la souplesse, et la résistance aux chocs. Une crème au collagène n'a pas le pouvoir de raffermir la peau, ni de lui rendre son élasticité, elle a seulement une action hydratante. Les molécules de collagène sont bien trop grandes pour pouvoir pénétrer jusqu'au derme. Je n'utilise bien évidemment aucune de ses substances dans mes cosmétiques qui se révèleraient à la longue un… miroir aux alouettes.

Qu'appelle-t-on "capital soleil"?

Les doses de soleil reçues par la peau s'accumulent au cours de la vie.

Les coups de soleils répétitifs vont disparaître, par contre les dommages subis par l'organisme demeurent et s'additionnent. Ainsi le "capital soleil" s'amenuise au fur et à mesure des expositions, et d'autant plus rapidement que celles-ci sont fréquentes, et quand la peau est insuffisamment protégée. A chaque type de peau, correspondant un phototype dont on doit tenir compte avant de s'exposer au soleil. Ce phototype correspond à sa capacité à supporter le soleil, et définit la pigmentation naturelle de chacun.

Les expositions prolongées et répétées s'avèrent dangereuses, et provoquent des dégâts non négligeables sur la peau qui se déshydrate, et se ride prématurément Les peaux grasses vont voir leur état s'améliorer pendant l'exposition, mais se dégrader très vite après, avec une recrudescence de boutons disgracieux. Les imperfections disparaissent pour mieux réapparaître. La peau réagit à l'agression par une hyper-sécrétion sébacée. Les peaux sèches résistent mal au soleil, car elles sont plus sensibles et plus irritables. Il faut les protéger, les nourrir et les réhydrater.

Ma crème BLE D'OR contient des protections solaires avec les vitamines A.C.E des huiles végétales utilisées. Elles sont anti-oxydantes, elles vont régénérer, revitaliser et raffermir l'épiderme, tout en luttant contre les rides. Pourtant le soleil, consommé avec modération, stimule l'organisme, fortifie l'ossature, et contribue à la synthèse de la vitamine D.

Qu'est ce qui differencie les rayons ultraviolets?

Le spectre solaire est composé de la lumière du jour, et de radiations invisibles à l'œil, les rayons ultra-violets et les infrarouges

Les ultraviolets sont de 3 sortes :

les rayons ultraviolets UVC sont de longueur d'onde courte. Les plus destructeurs pour les êtres vivants, ils sont stoppés par la couche d'ozone, et ne parviennent pas jusqu'à nous.

Les rayons ultraviolets UVB, de longueur d'onde intermédiaire, traversent partiellement la couche d'ozone, et pénètrent dans l'épiderme. Ils provoquent le bronzage, mais favorisent aussi la production de radicaux libres, causes du vieillissement de la peau.

Les UVB provoquent des mutations irréversibles de l'ADN. Ils varient selon la latitude, la pollution et sa position dans le ciel. A 1.500 M d'altitude, le rayonnement solaire des UVB est de 20% supérieur Ils ont pourtant une action bénéfique puisqu'ils contribuent à fixer le calcium, par la production de la vitamine D.

Les rayons ultraviolets UVA, de grande longueur d'onde, provoquent le vieillissement de la peau, car ils pénètrent jusqu'au derme . Ils ne sont arrêtés ni par les vitres, ni par l'eau. On a souvent cru à l'innocuité des UVA qui s'est révélée fausse. Dans les cabines de bronzage, les UVA étant faiblement bronzants, on leur adjoint des UVB. C'est l'association des deux qui multiplie le risque de provoquer un cancer.

L'indice solaire:

Les indices solaires sont arbitraires. L'indice principal mentionné ne correspond qu'à la capacité de filtrage des UVB. Exemple : un produit d'indice 60 permet théoriquement d'exposer la peau 60 fois plus longtemps au soleil, sans la brûler. Cette précaution serait impossible si la peau n'était pas protégée. Cela paraît sécurisant, mais cette confiance présente un danger, celui de ne pas ressentir les prémices de la brûlure, et de trop s'exposer au soleil. Un indice de 25 ou 30 est suffisant, car la sensation de brûlure tient lieu d'avertissement.